5 règles pour qu'une Formation MBTI vous soit utile

Comment bien exploiter la richesse du modèle de Myers et Briggs

Le MBTI est sans doute le modèle de compréhension des types de personnalités le plus utilisé au monde.

Bien utilisé ; le MBTI vous permet de mieux comprendre vos modes de fonctionnement et d’identifier des pistes concrètes pour améliorer votre communication, votre style de gestion de conflit, de leadership, votre gestion de stress…

Le MBTI peut faire des merveilles en termes d’amélioration de la cohésion d’une équipe, de la qualité des relations entre collègues ou entre un superviseur et ses collaborateurs.

Mal utilisé, vous risquez au mieux de passer à côté de toute sa richesse. Au pire vous pourriez adopter des conseils qui, au lieu de vous aider, risquent d’aggraver votre stress ou vos difficultés de communication.

  • Chercher votre vrai type MBTI

    Le MBTI décrit nos préférences cognitives innées liée à notre manière de :

    • Chercher notre énergie (Extraverion – E ou Introversion – I).
    • Percevoir les informations (Sensation – S ou Intuiition – N). 
    • Prendre des décisions (Pensée – T ou Sentiment – F).
    • Nous organiser (Jugement – J ou Perception – P).

    Ces préférences font que certains modes de fonctionnement sont plus faciles d’accès et moins fatigants que d’autres.

    Il se peut que, en fonction des contraintes de notre environnement, nous adoptions des habitudes qui soient différentes de nos préférences. Nous faisons cela, souvent, de façon inconsciente au risque d’une fatigue importante (comme si vous écriviez de la main gauche alors que vous êtres droitier).

    Nous rencontrons très fréquemment des personnes qui ont des modes de fonctionnement habituels qui sont à l’opposé de leur vraie nature. Les cas les plus fréquents sont ceux des jeunes femmes professionnelles qui se forcent (inconsciemment à fonctionner en Jugement et s’épuisent à refouler leur vraie nature Perception).

    Il est fondamental lors d’une formation au MBTI que vous identifiez vos réelles préférences et non vos habitudes pour éviter :

    • De vous enfoncer dans cette « falsification » et d’accroitre le stress qui en découle. 
    • De recevoir des conseils de communication inappropriés et d’accroître les maladresses qui en découlent.
  • Ne pas se contenter du questionnaire MBTI

    Tout formateur MBTI certifié sait que le questionnaire MBTI donne ce qu’on appelle le type apparent, c’est-à-dire une première image de ce que votre profil MBTI pourrait être.

    Pour découvrir votre réel profil MBTI, il devra vous consacrer un certain temps pour vous poser des questions et vous faire réfléchir à votre vrai profil. C’est à l’issue de cet entretien qu’émergera ce que nous appelons le type validé, c’est-à-dire votre vrai profil. Cela prend du temps et de l’expertise pour vous poser les bonnes questions et vous aider à voir clair dans votre profil.

    J’ai récemment aidé un de mes participant qui se croyait ISTJ à découvrir progressivement que son vrai type était INTJ (ce que laissait supposer sa façon de communiquer) : l’enjeu pour lui était de diminuer la pression qu’il s’impose à lui-même ainsi qu’à son entourage.

  • Utiliser des applications pratiques

    Le recours au MBTI offre de nombreuses applications pratiques comme l’amélioration de sa communication, de son style de leadership, de sa gestion de conflit, de sa prise de décision…

    Chacune de ces applications offre un point de vue complémentaire sur son propre profil et aide très souvent les participants qui ont une hésitation à mieux le déterminer leur profil.

    Par exemple, l’application à la gestion des conflits est particulièrement efficace pour les personnes qui ont une hésitation entre Jugement (J) et Perception (P) et / ou entre Pensée (T) et Sentiment (F).


    Par ailleurs toutes ces applications permettent au participant de sortir avec toute une série de conseils pratiques.

    Ainsi, la compréhension des préférences pour la Sensation (S) et l’Intuition (N) est particulièrement utile pour améliorer sa manière de confier une tâche à un collaborateur, de faire un rapportage à son superviseur, de se faire comprendre de ses interlocuteurs.

  • 4. Aller au-delà du MBTI

    Le MBTI est dérivé du modèle des types de personnalité de Carl Jung.

    Quoique moins connue, l’approche de Jung apporte une richesse considérablement supérieure. Le modèle de Jung est dynamique et non statique comme le MBTI ; vous n’êtes donc pas « casé » dans un profil.

    Le modèle de Jung décrit les fonctions cognitives qui vous sont faciles d’accès et celles qui vous sont plus faciles d’accès. Ce modèle permet de comprendre comment vous pouvez évoluer au cours de votre existence ainsi que vos mécanismes de stress (causes , réactions sous stress et stratégies pour vous en sortir).

    Le recours au modèle de Jung dont nous nous sommes fait une spécialité, apporte une clarté dans de nombreux cas ; par exemple pour les personnes d’âge moyen qui comprennent l’évolution qu’elles vivent à mi-vie ou encore les personnes qui, sous stress profond, adoptent des modes de fonctionnement qui les déconcertent : un cas fréquent est l’INFP qui peut être si gentil à « l’ état détendu » et avoir des accès de colère terrible lorsque ses valeurs sont bafouées.

  • 5. Rappeler les critères éthiques

    Une formation au MBTI vous permet de redécouvrir vos relations avec vos collègues ou vos proches sous un regard nouveau et porteur de nouvelles solutions.

    Certains participants ressortent de cette expérience avec une profonde envie d’appliquer le modèle et de le communiquer autour d’eux. Il est très important de leur rappeler quelques principes d’éthique et de bon sens :

    • Seule la personne elle-même est habilitée à déterminer son profil. Il est dangereux de vouloir lui imposer notre propre lecture de ce que son type serait selon nous. Nous demandons à nos participants de ne pas passer leur temps à « typer » les autres. 
    • Il est à juste titre interdit d’utiliser le MBTI en recrutement, en assessment ou pour déterminer les potentialités d’une personne dans une fonction ou une compagnie donnée. 
    • Chaque profil est magnifique lorsqu’il fonctionne bien et potentiellement « catastrophique » lorsqu’il entre en stress profond. Le but du MBTI est de tirer le meilleur de son profil et de celui de ses interlocuteurs et non pas de se lamenter sur son profil ou sur celui des autres. Nous aimons à sensibiliser nos participants sur ce point. 
    • La profession d’une personne n’est en aucun cas un prédicteur du profil MBTI d’une personne. 
    • Enfin et SURTOUT, répondre à un questionnaire n’est en rien suffisant pour déterminer le profil d’une personne. Nous demandons à nos participants de renoncer à l’envie de chercher un de ces questionnaires gratuits sur Internet ; une demande fréquente étant : « aurais-tu l’adresse d’un questionnaire pour que je le fasse faire par mon conjoint ? ».